Festival de Matho : la danse des oracles

Chaque année, dans le petit village de Matho, les gens se réunissent pour célébrer une partie de leur patrimoine mystique.

Le festival Oracle Matho Nagrang se tient chaque année à Ladakh, en Inde, lors du premier mois de la nouvelle année tibétaine. On croit que deux oracles, ou Ronstang, habitent les corps de deux moines spécialement choisis afin de prédire l’avenir du village et des villageois individuels. Il y a beaucoup à admirer et à célébrer pendant cette période.

Matho lui-même, à seulement 26 kilomètres de Leh, est nommé d’après le monastère de Matho, ce qui signifie « beaucoup de bonheur ». En raison de son emplacement, le monastère ne reçoit pas beaucoup de visiteurs en dehors du Festival annuel d’hiver des Oracles.

C’est le seul monastère de la secte de Sakyapa au Ladakh – l’une des quatre principales sectes du bouddhisme tibétain. La secte Sakya remonte au 11ème siècle et pratique l’ésotérisme, ou le tantra, comme enseignement fondamental.

Un moine déguisé pendant la « danse des masques ».

 

Le monastère abrite également un musée avec Thangka de plusieurs siècles. Une Thangka est une peinture faite sur la tapisserie de soie. Les divinités bouddhistes ou les mandalas sont généralement représentés et les Thangpa sont utilisés comme outils pédagogiques dans la tradition bouddhiste.

Dans le musée on peut trouver les robes de soie colorées et les masques de cérémonie portés par les moines pendant le festival. Les costumes sont portés pendant les danses qui représentent l’histoire bouddhiste ainsi que l’histoire du village.

Le festival commence beaucoup plus tôt que les deux jours publics de festivités : pour les moines qui servent de réceptacles pour les esprits des oracles, la méditation de préparation à la cérémonie débute plusieurs mois à l’avance.

Cour principale du monastère de Matho.

 

Ces moines sont choisis tous les quatre ans. Tous les moines qui sont admissibles et disposés sont invités à placer leurs noms dans un bol, puis les noms sont tirés par loterie.
La première année ils commencent leurs tâches neuf mois à l’avance. Ils entrent dans l’isolement, le jeûne rituel et la méditation profonde pour se purifier et se préparer à être des vaisseaux appropriés. Pour les trois années restantes, ils commencent cette préparation seulement trois mois à l’avance. À mesure que le festival commence, les moines sont sortis, déjà en transe, incarnant pleinement le Ronstang.
Ils exécutent des exploits acrobatiques incroyables, dont le plus incroyable reste celui de danser le long du rempart abrupt du monastère, les yeux bandé. Lorsqu’ils incarnent le Ronstang, les moines peuvent également se couper avec des couteaux sans nuire.

Principalement, les individus assistant à cette cérémonie viennent chercher des conseils sur leurs problèmes et leurs futurs.
Pendant la transe, les moines répondent aux questions sur l’avenir du village ainsi que des questions personnelles. Si un individu est particulièrement troublé, peut-être avec une maladie, les moines effectueront des rituels pour résoudre le problème.
Les traditions mystiques du Ladakh sont à la fois spectaculaires et incroyables à voir ; mais pour les personnes simples qui vivent ici, c’est un fait de la vie.

 

Les moines de Matho.