Un automne à Sasoma : jour 1

Au terme de la saison estivale, Clément est parti en « stage » du côté de Sasoma, petit village sur la route de Manali, à 4200m d’altitude. Cette série de 10 épisodes relate ses expériences et sa vie dans ce village aux portes du Changthang, entre leçons d’équitation et découverte des coutumes locales.

Jour 1

Mon travail me pousse à passer une grande partie de mon existence à Leh, capitale économique du Ladakh et ville ô combien touristique. L’accès à internet y est notamment plus aisé que dans les parties plus reculées de la région. Mais tout cela n’a que trop duré : il est temps de se mettre au vert, et de se réapproprier l’Himalaya, le vrai. Adieu voitures, hôtels, ordinateur, et autres considérations matérielles désuettes ; aujourd’hui, je redeviens l’homme des montagnes.

C’est donc au petit village de Sasoma que tout recommence. La route en voiture (70km) en compagnie de mon élève et ami – et hôte – Thupstan Dawa est des plus agréables : les arbres se sont parés d’or, les torrents sont turquoizes et argents. Après une halte au village d’Upshi, il reste une vingtaine de kilomètres pour rejoindre Gya, le village bien connu du réalisateur Stanzin Dorjai Gya ; Sasoma est juste un peu plus loin, de l’autre côté de la montagne.

Nous sommes accueillis par la mère de Dawa, qui n’a pas oublié les « khataks », comme le veut la tradition. Il me montre ensuite la chambre des invités, où je logerai pendant mon séjour. La vue sur les montagnes du Changthang est splendide, et me conforte dans mon choix de venir ici : cet endroit est empli d’une énergie spéciale.

Le soir, nous dégustons un « skyu » fait maison, et qui a le don de nous réchauffer – les soirées sont fraiches, à 4200m d’altitude! Puis, au lit : demain, c’est une journée spéciale qui nous attend dans le village voisin, à Gya.

chambre-sasoma-clément-voyage