A la découverte de l’Alliance Française de Leh

L’Alliance française de Leh et Terre du Ladakh ont toujours eu de forts liens d’amitié : après tout, Clément et Dorjey y ont tous les deux travaillé, et ont oeuvré pour son rayonnement! Depuis leur départ, plusieurs professeurs de français se sont succédés, dans le but de promouvoir la culture française sur le toit du monde. Rencontre avec Julien, le professeur responsable de l’Alliance depuis l’an dernier, et discussions avec les élèves, qui ne sont autre que certains de nos guides francophones!

 

Clément : Comment êtes-vous venu à l’Alliance Française?

Motup : Ca fait 4 ans que je viens. La première fois j’ai vu une affiche, ensuite j’ai rencontré Monsieur Dorjey (Dorjey, ndlr) dans la rue. J’ai tout de suite été attiré par la langue, et pour partgaer sans barrières. Aujourd’hui encore ce sont de bons souvenirs.

C : Qu’est-ce qui vous intéresse dans la langue française?

Tashi : Après mon université, j’avais du temps, je n’avais rien à faire. Après je ne me souviens plus bien pourquoi j’ai commencé…(rires) L’été je faisais le guide, et je trouvais ça très intéressant de travailler avec les clients étrangers : on peut apprendre beaucoup à leur contact. Du coup j’ai continué à apprendre.

C : Depuis combien de temps apprenez-vous le français? Quel niveau avez-vous atteint?

M : On fait le niveau B2 maintenant (niveau avancé, ndlr).

C : Qui parle le mieux entre vous deux?

T : C’est lui.

M : Non c’est faux. Je suis très humble. (rires)

 

C : Julien, parle-nous un peu de ton expérience. Depuis combien de temps enseignes-tu le français? Pourquoi avoir choisi l’Alliance de Leh?

nilza-alliance-française-leh

Nilza, sans qui l’Alliance Française ne serait pas la même!

Julien : J’ai commencé comme professeur de français à Goati, dans un poste de l’Alliance Française. Après ma mission là-bas, j’ai épluché les annonces des différents organismes d’autres régions en Inde, parce que Goati, j’avais déjà tout vu, tout donné. Je suis tombé sur le site de l’Alliance Française de Leh, j’ai fait une candidature spontanée, et me voilà! J’ai été beaucoup attiré par les montagnes de l’Himalaya, le cadre de vie. Cela fait deux ans maintenant que j’enseigne, j’ai repris mes études à 30 ans : avant, j’étais barman! J’ai voulu changer de vie.

 

C : (aux étudiants) Qu’est-ce que vous pensez de l’Alliance ici à Leh?

 

M : Presque chaque année il y a un nouveau professeur, donc ça c’est bien. Mais le bâtiment est petit, et on voudrait voir de vrais activités francophones. Mais avoir l’Alliance ici c’est quand même une chance pour nous, c’est sûr.

 

C : Qui est le meilleur prof’, alors?alliance-française-leh-élèves-classe

M : C’est vous (Clément).

C : Non, tu mens. (rires)

M : Sans aucun doute.

T : Pour moi, je crois qu’il n’y a pas de meilleur professeur. Avec chaque professeur on peut apprendre des choses différentes.

 

 

 

 

Le mois dernier, l’Alliance a déménagé dans le quartier de la vieille ville, tout près du palais de Leh. A l’ombre de ce site culturel et historique incomparable, nous pouvons parier que de nombreux francophones s’épanouiront! Dans le cadre d’une future collaboration, Terre du Ladakh va mettre en place des cours spécialisés sur le thème du tourisme, afin de permettre aux étudiants de suivre un cursus spécifique – dans le jargon, on appelle cela un cours de Français à Objectif Spécifique (FOS). Sous la forme d’un stage, avec l’intervention de Clément, Dorjey et de plusieurs guides, nous espérons que cela donnera de nouvelles perspectives à plusieurs étudiants!

 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’Alliance Française : http://chandigarh.afindia.org/leh/